Les parties de l'arbre et son fonctionnement

 

L'arbre est constitué de plusieurs parties :

le houppier est constitué d'un enchevêtrement de branches dites maîtresses, lorsqu'elles constituent l'ossature de la cime de l'arbre (elles partent du tronc), ou secondaire, si elles supportent les rameaux. Sur les rameaux se trouvent suivant la saison des bourgeons, des fleurs, des feuilles (ou des aiguilles) et des fruits.

En forêt, où la recherche de lumière est importante, le tronc est dénudé (sans branches) et le houppier est alors situé dans la partie supérieure de l'arbre.

Le tronc est la partie cylindrique située entre le sol et la naissance des branches principales. Chaque branche est constituée comme un petit tronc.

- le système radiculaire (les racines) montre une certaine ressemblance par sa disposition avec les branches. En effet les racines principales qui partent du tronc, se ramifient en s'amincissant jusqu'à devenir des radicelles (racines très fines également appelées chevelus) garnies d'espèces de poils.

 

Son fonctionnement

Pour vivre et pousser, un arbre, comme tout être vivant, à ses propres besoins. Comme tout le monde il doit s'alimenter, respirer, transpirer, grandir, se reproduire, ...

Ces activités ne se déroulent pas toutes sur l'ensemble de l'année. En effet, seule la respiration se moque des saisons, et a lieu tout au long de l'année, les autres fonctions ne sont actives que du printemps à l'automne. Bref en hiver, l'arbre un peu comme certains animaux, entre dans une phase de repos, ce qui lui permet de se protéger du froid, et plus particulièrement du gel. Ainsi, les feuillus perdent leurs feuilles afin d'offrir moins de prise au froid et au vent, alors que les résineux n'ont pas besoin de cette étape, car la résine qu'ils contiennent les protège du gel, et leur permet de continuer à assurer (au ralenti) la fonction alimentaire indispensable à leurs aiguilles.

Avant l'hiver, l'arbre s'est préparé pour le printemps suivant, en emmagasinant de l'énergie dans ses racines, et en se parant de bourgeons, prêt à éclore sous leurs chauds manteaux d'écailles.

Une feuille de bouleau (en haut à gauche), des aiguilles de sapin (ci-dessus), et des écailles de thuya (à gauche).

Feuilles, aiguilles, écailles, c'est la même chose, elles permettent toutes la photosynthèse et leurs stomates sont sur la face inférieure.

Respirer

Comme nous, l'arbre respire en absorbant l'oxygène pour rejeter du gaz carbonique. Mais par ou respire t-il ?

Très bonne question, sa respiration s'effectue principalement par ses racines (à partir des lenticelles) ses feuilles (par les stomates) et dans une moindre mesure, par son tronc et ses branches qui possèdent, comme les racines, des lenticelles. L'intensité de sa respiration et donc de sa consommation d'oxygène, dépend de son âge, elle est maximale au début de sa vie, en période de croissance (au printemps) puis elle ralentit au fur et à mesure que son âge augmente.

S'alimenter

Mais au fait, que consomme t-il ?

- de l'eau

- de l'azote sous forme de nitrates

- du carbone à partir du gaz carbonique

- divers minéraux (phosphore, calcium, magnésium, fer, etc...)

L'arbre absorbe ces différents éléments de diverses manières :

- par les extrémités de ses racines (les radicelles) l'eau, l'azote et les autres minéraux sont captés et diffusés dans toutes ses parties. C'est la sève dite brute (sève ascendante) qui en passant par de minuscules canalisations situées dans l'aubier (comme le sang pour nos veines) va irriguer toutes les parties de l'arbre. Ainsi, pour de nombreuses variétés d'arbres, c'est plus de 200 litres d'eau par jour, qui s'élèvent à plusieurs mètres du sol.

- par photosynthèse, photo quoi ?, photosynthèse, le mot est compliqué, mais il désigne une fonction indispensable à tous les êtres vivants.

La photosynthèse est une fonction assurée par les arbres dès l'apparition des feuilles et quand la température est supérieure à 4°C, elle est donc assumée toute l'année par les arbres à aiguilles, mais néanmoins au ralenti en hiver.

Plus précisément, lorsque la chlorophylle contenue dans les feuilles est exposée à la lumière solaire en présence de gaz carbonique (assimilé par les feuilles grâce à leurs stomates) et d'eau amenée par la seve brute, elle recombine tous ces éléments afin de fabriquer du sucre. Cette métamorphose ne se fait pas sans déchet, mais ces rejets nous sont très précieux, on peut même dire indispensable, en effet il s'agit d'oxygène.

Principe de la photosynthèse

Le sucre fabriqué va enrichir la sève et la transformer en sève élaborée (sève descendante) qui va circuler partout dans l'arbre et lui fournir entre autre des protéines. Les canalisations empruntées par la sève élaborée se situent dans le liber.

Le dessin ci dessous résume la fonction alimentaire.

Transpirer

La transpiration permet de véhiculer l'eau par la sève brute, des racines, jusqu'aux parties les plus élevées de l'arbre. 90% de l'eau extraite du sol s'évapore par les stomates, en laissant sur place divers minéraux nécessaire pour le développement de l'arbre. Cette évaporation massive crée une dépression dans les canalisations qui véhiculent la sève, créant ainsi un effet de succion dans les racines.

Grandir

Chaque année l'arbre se développe en longueur et en diamètre principalement au cours du printemps.

Le développement en longueur est assuré aux extrémités par les bourgeons qui après éclosion peuvent faire s'allonger les branches de 10 à 15 cm en quelques jours. Pour les racines l'opération est parfois plus difficile, mais heureusement, elles ont une botte secrète : elles peuvent sécréter des acides qui leur permettent de dissoudre le calcaire.

Compter les cercles de croissance, est la seule possibilité de déterminer exactement l'âge d'un arbre. Suivant l'épaisseur du cercle, on apprend si les conditions de développement étaient bonnes (cercle large) ou mauvaise (cercle fin). Les conditions sont bonnes lorqu'il n'est pas malade, qu'il a assez de place, de l'eau pour ses racines et du soleil pour ses feuilles.

Pour le développement en diamètre, pas de bourgeons, mais une pellicule très fine, poisseuse située entre l'écorce et l'aubier; c'est le cambium ou assise cambiale. Dès que cette couche est approvisionnée en sève elle se met à fabriquer du bois (aubier et liber). Durant le printemps le bois fabriqué est très aéré avec ses gros vaisseaux pour faire circuler les importantes quantité de sève brute ( le bois, mais au fil des jours les quantités d'eau présentent dans le sol s'amenuisent et diminue ainsi le trafic de sève brute, aussi le bois fabriqué devient plus compact et sombre. Ce mode d'expansion explique les cercles concentriques de couleurs clairs puis foncés, qui se renouvelle chaque année, offrant ainsi la possibilité de chiffrer l'âge d'un arbre coupé on comptant les cercles clairs ou foncés.

Le liber se renouvelle en 1 ou 2 ans, poussé vers l'extérieur par l'expansion de l'aubier, il se dessèche, parfois se fissure, et renouvelle l'écorce.

Se reproduire

Les arbres y consacrent beaucoup de temps et d'énergie. Deux types de reproduction existent, la végétative ou la sexuée. Suivant le mode de reproduction adopté, on obtient un individu ayant ses propres gênes (mélange des gênes des parents) ou des gênes identiques à son unique parent.

 

Accueil

Suivant